No Comment

On en a assez des fanfaronnades du bourgmestre empêché de Perwez, le petit Donald Trump du Brabant wallon… quote
Jean-Paul WAHL

Actualités

Nivelles : quel avenir pour la pharmacie militaire ?

15/09/2016 - politique/finances - Nivelles

Il y a quelques semaines, après une visite de la Commission Défense des casernes du Brabant wallon, le députée fédéral Stéphane Crusnière (PS) a interrogé le Ministre de la Défense nationale sur l’avenir des casernes situées dans la province. Ce dernier a alors indiqué qu'il fallait attendre le plan stratégique de la Défense.

Aujourd’hui ce plan est enfin disponible et, d'après le député wavrien, il y a de quoi s’alarmer pour l'avenir du site de la pharmacie militaire de Nivelles. En effet, le plan stratégique prévoit que « l’appui médical militaire sera organisé selon le niveau d’ambition dans les quatre dimensions capacitaires. Par ailleurs, aux termes de l’accord de gouvernement, cet appui médical se concentrera sur l’engagement opérationnel. »

Plus loin, on lit aussi : « trois tâches militaires à caractère essentiellement civil pourraient être confiées à un acteur privé ou public, sans impact important sur l’engagement de la Défense : la capacité de la Défense de production et de stockage de médicaments, la capacité d’hospitalisation de l’Hôpital militaire en cas de catastrophes et la morgue d’urgence de l’Hôpital militaire. » « La Défense peut se désengager de la capacité de production de médicaments en raison de la pertinence opérationnelle trop limitée de cette activité et des possibilités suffisantes de pourvoir à ce besoin par le biais de contrats civils. Aujourd’hui, il existe un accord entre la Défense et le SPF Santé publique pour utiliser cette capacité de production dans le cadre de la santé publique. Le désengagement de la Défense et l’éventuelle reprise par un autre acteur devront donc se coordonner au niveau interdépartemental. »

"A travers les lignes, nous pouvons clairement dire que la pharmacie militaire de Nivelles est directement menacée" indique Stéphane Crusnière. "Une capacité très utile d’Aide à la nation indispensable au bon déroulement des opérations à l'étranger sera purement et simplement démantelée risquant même d’être privatisée et, comme par hasard, celle-ci se trouve dans le Brabant wallon, nourrissant encore un peu plus nos inquiétudes pour les autres bases. En résumé la NVA a gagné sur toute la ligne : flamandisation de facto par un affaiblissement des structures militaires présentes en Wallonie et privatisation de missions d’aide à la population qu’exerçait jusque-là avec une compétitivité et une expertise imbattable la fonction régalienne que représente la Défense."