No Comment

On en a assez des fanfaronnades du bourgmestre empêché de Perwez, le petit Donald Trump du Brabant wallon… quote
Jean-Paul WAHL

Au fond de la question

Les élections sociales sont clôturées

19/05/2008 - emploi/social/santé/population - Wavre

Après deux semaines de votes dans 160 entreprises en Brabant wallon, les élections sociales se terminaient ce dimanche. L’entièreté des résultats n’est pas encore connu, les syndicats n’ont pas encore le droit de communiquer sur les chiffres à leur disposition mais, dès d’ores et déjà, un bilan semble pouvoir être tiré : on se dirige vers un statu quo en Brabant wallon par rapport à 2004 où la CSC avait remporté près de 58% des sièges, la FGTB 33% et la CGSLB près de 9%. Aucun des trois syndicats ne semble en effet avoir connu de chute massive de ses résultats. Mieux, vu qu’une trentaine d’entreprises supplémentaires étaient concernées par les élections sociales par rapport à il y a quatre ans, chacun peut se targuer d’un nombre d’élus en progression.

« Je suis plutôt satisfait » confirme Jean-Marc Sengier, secrétaire général de la CSC qui reste donc en tête dans la province, « nos principales satisfactions concernent notre progression chez les ouvriers dans le métal ainsi que nos résultats dans les entreprises qui organisaient un vote pour la première fois

Satisfecit également du côté de la FGTB où le secrétaire régional Pierre Levêque insiste notamment sur le bon climat général qui a entouré ces élections : « nous sommes plutôt satisfaits. Entre autre dans le secteur non marchand où nous avons repris certaines places fortes. Il faudra également voir quel a été le réel impact des élections dans les nouvelles entreprises. »

Parmi ces dernières, on retiendra notamment Netoptic (Tubize), Donnay (Tubize) ou Editor (Nivelles), toutes trois remportées par la CSC. Dans les plus gros entreprises de la province, CSC et FGTB se taillent la part du lion : Porfibel (syndicat majoritaire : CSC), Walibi (CSC), Swift (CSC), TEC (FGTB), Thissen (FGTB, CGSLB), Cherokee (FGTB), GSK Bio (FGTB), Lonza (CSC), Systemat (CSC), Fabricom (CSC, FGTB), UCB (CSC), Arjo Wiggins (CGSLB), Rossel (CSC, FGTB), Village n°1 (CSC),…

Participation importante

La CSC garde quant à elle la suprématie dans le secteur de l’enseignement, son principal point fort. A l’UCL, elle remporte même 34 des 36 mandats à pourvoir. Dans le secteur industriel, c’est plus partagé.

La participation des travailleurs aux scrutins est également un des points positifs de ces élections. Le taux de participation a souvent flirté avec les 60%, parfois même atteignant des records malgré que le scrutin social ne soit pas obligatoire : notamment chez Editor à Nivelles où l’on a atteint les 90% de participation. Un taux impressionnant quand on sait que c’était la première fois qu’un scrutin social y était organisé et que, selon les syndicats, la direction avait mis la pression sur le personnel afin de le dissuader d’y prendre part.

Malgré un climat parfois très tendu entre les listes rivales dans certaines entreprises, aucun incident n’a été à déplorer. « En Brabant wallon, cela s’est passé de manière très correcte par rapport à ce que l’on a pu voir ailleurs dans d’autres provinces » confirme Jean-Marc Sengier de la CSC.

Autre enseignement positif, la participation massive des représentantes féminines lors de ce scrutin. Dans certaines entreprises comme Donnay ou Editor, le taux de représentativité des femmes était en effet fort important.

Actuellement, un peu plus de la moitié des résultats sont connus. Ce week-end doivent encore avoir lieu quelques votes dans des entreprises fonctionnant 7 jours sur 7. Et si la date officielle de fin des élections sociales tombe ce dimanche, quelques scrutins auront encore lieu durant le mois de juillet pour cause de retard de procédure. C’est le cas chez Photocom à Louvain-la-Neuve, Maxipress et Transitpress à La Hulpe ainsi que chez Armasteel et Sobesteel à Wavre.