No Comment

On en a assez des fanfaronnades du bourgmestre empêché de Perwez, le petit Donald Trump du Brabant wallon… quote
Jean-Paul WAHL

Au fond de la question

Les Royal Scots Greys reviennent se battre à Waterloo

29/12/2014 - tourisme/patrimoine/histoire - Waterloo

A l’occasion des reconstitutions du Bicentenaire de la bataille de Waterloo, le prestigieux régiment des Royal Scots Greys participera pour la première fois à une reconstitution de la bataille de Waterloo. C’est sous le nom de Greys and Glory que les reconstitueurs de ces célèbres cavaliers réinterpréteront les actes de bravoure de ce groupe mythique.

Pour la première fois, depuis deux cents ans, « Scotland forever !» le cri de guerre du plus prestigieux régiment de cavalerie britannique retentira sur la plaine du Champ de Bataille de Waterloo.

Deux siècles après la bataille, personne n’a oublié l’impact de ces 400 cavaliers, montés sur leurs célèbres destriers argentés, à Waterloo. En effet, alors tout récemment intégré dans l’armée britannique, ce régiment, réputé pour ses exploits, fort de nombreux faits d’armes, veut démontrer sa valeur !

À Waterloo, le 18 juin 1815, c’est sous le commandement du général Ponsonby que les Royal Scots Greys chargent l'infanterie française, qui, très vite, est décimée. Galvanisés par leurs avancées et malgré de lourdes pertes, les Royal Scots Greys veulent mettre à mal l’armée française. Le sergent Ewart s'empare de l'aigle du 45e régiment d'infanterie. Un acte d’héroïsme qui a largement contribué au prestige du régiment. Depuis lors, l'aigle impériale est intégrée à l'insigne du régiment des Royal Scots Greys.

Les 18 et 19 juin 2015, ce sont les non moins valeureux Greys & Glory, un régiment de cavaliers écossais ultra-motivés, qui, incarneront leurs illustres prédécesseurs lors des reconstitutions. Comme tous les reconstitueurs présents en juin prochain, les Greys & Glory feront honneur à la fidélité historique en montant les magnifiques chevaux gris, semblables aux montures qui avaient créé la surprise chez Napoléon lui-même.