No Comment

On en a assez des fanfaronnades du bourgmestre empêché de Perwez, le petit Donald Trump du Brabant wallon… quote
Jean-Paul WAHL

Actualités

Waterloo : 20 appartements à loyer modéré à la place de l'ancienne gendarmerie

18/06/2014 - logement - Waterloo

Le site de l'ancienne gendarmerie de Waterloo, au croisement entre la rue Reine Astrid et la chaussée de Bruxelles, a fait peau neuve. L'ensemble architectural offre un panorama plus agréable que le bâtiment précédent. C'est toute la physionomie du Centre qui en est améliorée.

L'immeuble se compose de vingt logements à loyers modérés, répartis sur trois étages. Ils sont accessibles aux personnes isolées, ainsi qu'aux familles de 2 à 5 membres. L'un d'entre eux est également aménagé pour les personnes à mobilité réduite.

Chaque appartement est pourvu d'une cave et d'un parking privatifs. Dans la cour intérieure, un petit espace vert permet aux habitants de se détendre et de prendre l'air.

L'immeuble se caractérise par une isolation de 30 centimètres d'épaisseur, du triple vitrage, des chauffe-eau solaires et une ventilation mécanique double flux avec récupération de chaleur.

Les loyers s'échelonnent entre 450 € et 880 € par mois, en fonction de la taille et de la configuration du logement. “C'est environ 20 % en-dessous du prix du marché puisque l'objectif est de permettre à des personnes aux revenus moyens de pouvoir se loger à un prix abordable”, indique le président du CPAS Etienne Verdin.

Plusieurs critères doivent être remplis pour pouvoir y accéder, notamment un niveau de revenus suffisant mais pas excessif. De même, le candidat locataire ne peut être propriétaire d’un bien immobilier. Enfin, au moins un des membres du ménage doit être domicilié dans la province du Brabant wallon depuis 3 ans ou l'avoir été par le passé pendant 10 ans minimum.

Au rez-de-chaussée, trois surfaces commerciales sont également mises en location, au prix du marché.

La construction de ce bâtiment s'élève à près de quatre millions d'euros. “Elle a été totalement financée par la Régie foncière provinciale”, rappelle Etienne Verdin. La commune rétrocèdera ce montant, sans avoir à verser d'intérêts, grâce aux loyers qu'elle percevra. Ces derniers devraient même permettre d'assurer l'entretien et la gestion du bâtiment.

Ce partenariat public-public est inédit en Brabant wallon. Par ce montage financier, l'immeuble ne coûte rien à la commune. Elle en deviendra pourtant propriétaire à l'issue de son remboursement.